L'appartement 22

0 EXPEDITIONS | رحلات

1 ACTUALITÉS | EVENTS | مستجدات

2 EXPOSITIONS | معارض

3 PRODUCTION | Collection | أعمال

4 ARCHIVE & BIOGRAPHIES l وثائق

5 RESIDENCES | إقامات

6 TEXTES | Debats | نصوص | chroniques | قراءات وحوارات

7 LINKS | Thanks | شكرآ

 

Inscription à la Newsletter

L’appartement 22,
279 avenue Mohamed V,
MA-10000 Rabat,
T +212663598288,
Exposition | "This is now 2"
réalisée par Cécile Bourne-Farrell

"This is now, 2", une exposition organisée par Cécile Bourne-Farrell
à L’appartement 22, Rabat
du 19 février au 15 mars 2009.
Art Orienté Objet, Anne Durez, Seamus Farrell*, Katia Kaméli, Goddy Leye, Waheeda Mallulah, Otobong Nkanga, Hany Rashed, Younès Rahmoun*, José Luis Tirado et James Webb*.

jeudi 19 février 2009

Depuis une quinzaine d’années, des artistes des musiciens, des chorégraphes et des structures culturelle s’engagent activement auprès de leurs contemporains pour favoriser l’échange entre les différents acteurs culturels du continent Africain avec le reste du monde. Ces initiatives sont souvent complexes car il s’agit de projets qui tentent aussi souvent de structurer des manifestations et des savoir-faire entre pays africains et aussi avec le reste du monde. Il nous semble donc juste de rendre compte de ces tentatives et de la diversité des propositions de façon modeste, par un choix d’oeuvres d’artistes contemporains présentées pour la première foire de Johannesburg en mars dernier où L’appartement22 a été invité à participer.

Suite à la réception très positive de cette initative, quelques mois plus tard, L’appartement22 présente donc cette exposition à Rabat dans la logique de ce projet qui se propose de relier symboliquement les deux pays les plus périphériques du continent africain, le Maroc et l’Afrique du Sud tout en essayant de montrer que des liens existent et se renforcent et qu’il serait juste d’en rendre compte.

Hier et encore aujourd’hui, plus que jamais, hommes et femmes se déplacent en Afrique pour des raisons de survie. De ces itinérances, dans la mise en place de manifestations s’échangent des histoires, se créent et se défont des liens. C’est bien aussi chacun à sa mesure et en déployant une énergie gigantesque, qu’il est parfois possible de créer et faire en sorte que ces relations créent une dynamique et une fluidité d’échange. C’est pourquoi, les artistes qui ont été choisis pour ce projet sont des personnes habitées par ce désir de partage et leurs oeuvres montrées en sont les traces. Des initiatives essayent de mettre en place des ponts avec leurs pays voisins ou dans leur pratique en faisant en sorte qu’elles soient en adéquation avec le contexte local. C’est pourquoi, il s’agit de restituer la capacité d’invention et la dimension critique de la place de l’artiste sur son époque d’émergence . La diversité des propositions et des regards que chacun a sur les œuvres offre une multitude d’interprétations qui génèrent d’autres approches de l’art qui ne correspondent pas forcément à celles habituellement présentées par le ‘mainstream ‘ culturel. La question des images documentaires ou de l’actualité des médias, comme celle de l’artisanat sont évoquées ici, tout autant que la place de la femme aujourd’hui.
Anne Durez a réalisé plusieurs projets au Cameroun en relation avec le théâtre. Dans le petit film intitulé ‘Donnant’, elle a essayé d’ouvrir le plus possible une lecture poétique sur notre relation au temps et aux espaces géographiques, sans non plus donner d’indice géographique.
L’artiste Otobong Nkanga à l’occasion d’un atelier avec de jeunes étudiants à Kinshasa à l’occasion de la résidence RondPoint entre l’Ecole des beaux-arts Kinshasa et de Nantes (1) poursuit un travail autant photographique que de performances autour de questions d’interprétation de lieux, comme le triptyque paysagé présenté ici et qui renvoit aux déplacements des richesses.
Art Orienté Objet ont récemment réalisé un film intitulé « Léo et Bos ». Il évoque la fuite des animaux sauvages des terres angolaises en guerre vers les réserves d’animaux d’Afrique du Sud. Ce film renvoie de façon métaphorique aux situations catastrophiques du déplacement des populations sur le continent.
Seamus Farrell a réalisé ces deux dernières années des ateliers dans plusieurs écoles au Maroc (et au marché de Rotterdam) pour transmettre comment il est envisageable de ‘recycler ‘ certains matériaux du quotidien, comme le verre ou le miroir.
Katia Kaméli a mis en place un dispositif vidéo pour que des élèves prennent en main leur film, leur histoire au sein d’une école à Alger avec la caméra.
Goddy Leye, avec un groupe d’artistes locaux a décidé d’aller jusqu’à la dernière biennale de Dakar avec les moyens du bord. Au cours de cette itinérance les expériences vêcues bien qu’impossible d’être restituées, nous renvoient à certaines réalités implacables dans la petite vidéo ‘we are the world’ qui sera présentée en boucle,.
Waheeda Mallulah qui est une très jeune artiste de Bahrain, parle de la place des femmes dans la société et de leur quète de Dieu tandis qu’Hany Rashed dans ses peintures évoque la violence du quotidien dans les médias.

Younès Rahmoun, a décidé de restituer à son village un espace privé ouvert à tous, avec son projet Ghorfa (2). A Johannesburg, l’artiste est intervenu directement durant la foire en réalisant une performance en jouant 99 le même verset et nous présentons ’Wahid’ une belle édition réalisée par L’appartement22 qui restitue aussi une certaine relation à soit. Le documentaire-fiction Paralelo 36 de José Luis Tirado est un de ses nombreux documentaire/fiction qui parle de questions inhérentes à l’immigration et aux drames qu’il génère aujourd’hui encore dans tous les détroits, et tout particulièrement celui de Gibraltar.
Comme je l’avais déjà souligné dans un texte publié sur www.synesthesie.com (3) autour du travail d’artistes comme Sue Williamson, qui questionne et dénonce les inégalités économiques et politiques en Afrique, certains artistes comme elle et de modestes structures comme celle de L’appartement22 s’attellent à faire des projets artistiques admirables avec « les moyens du bord » pour poser des questions fondamentales autour de la place des personnes dans la société, sur l’immigration ou l’environnement tout en se faisant témoin de notre époque d’émergence, comme le fait James Webb(4), par exemple dans son désir de transmettre des réalités qui vont au-delà de la parole, et dont la radio de L’appartement22 est aussi un outil précieux de diffusion de son travail, avant, durant et après "This is Now" (1 et 2).
Cécile Bourne-Farrell, Commissaire invitée des expositions "This is Now" ( 1 et 2).

L’appartement 22, 279 avenue Mohamed V, Rabat.

- L’exposition "This is now, 2" a été réalisée avec l’aide de AMC/Asociacion para la Mediacion Cultural, Provincia de Cadiz. Ainsi qu’avec l’aide des artistes participants.
Art Orienté Objet (Marion Laval-Jeantet, et Benoît Mangin, vivent entre Montreuil-sous-Bois et Douala, Anne Durez (née 69, vit à Paris), Seamus Farrell (né en 65, vit à Paris), Katia Kaméli (née en 73, vit à Alger, NY et Paris), Goddy Leye (né en 65, vit à Douala), Waheeda Mallulah (née en 78, vit à Bahrain), Otobong Nkanga (née 74, vit à Paris et à Anvers), Hany Rashed (né en 75, vit au Caire), Younès Rahmoun (né en 75, vit à Tétouan), José Luis Tirado (né en 54, vit à Seville), James Webb (né en 75, vit à Cape Town)
* Projets spécifiques pour « This is Now 2 ».
(1) Un projet d’échanges initié et organisé en 2002 par l’association Chooseone qui a permit la mise en relation de l’Ecole de Beaux-Arts de Kinshasa avec d ’ a u t r e s école en F r a n c e . http://www.chooseone.org/indexnk.html
(2) Projet http://www.multipistes.org/
(3) http://mobilites.synesthesie.com/
(4) Biennale de Lyon, 2007

Lire sur "This is Now 1"
Document (PDF - 136 ko)